Blogue

Adapter sa conduite sur la route en hiver, c’est capital!

Eh oui, l’hiver est bientôt à nos portes! Pour faire face aux caprices hivernaux, agir en prévention est primordial. Nous n’en parlerons jamais assez : employeurs, sensibilisez vos employés lors de déplacements routiers pour réduire les accidents du travail.

En hiver, travailler sur la route peut être très difficile selon les conditions météorologiques. L’hiver peut nous apporter son lot de surprises et un mélange de précipitations : neige, pluie verglaçante, grésil, pluie, etc. Il importe alors de prendre des précautions pour éviter de se retrouver en situation de danger.

Dans ces circonstances, ceux et celles qui travaillent sur la route – fréquemment ou occasionnellement – doivent redoubler de vigilance. Certaines professions sont plus à risques : camionneurs, livreurs, représentants, taxis, conducteurs d’autobus, policiers, ambulanciers, etc.

Rouler en toute quiétude

Selon la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) chaque année, une vingtaine de décès liés aux déplacements routiers de travailleurs surviennent. Elle recommande aux employeurs l’adoption de plusieurs mesures de prévention, dont celle-ci propre à la conduite hivernale : « Former les travailleurs qui doivent se déplacer sur la route pour favoriser l’acquisition de nouvelles compétences et l’adoption de bonnes pratiques (ex. : une formation sur la conduite hivernale). »

Pour plus de détails à ce sujet, référez-vous au site de la CNESST sur les risques routiers. Vous accéderez aussi aux mesures d’identification des risques, aux mesures de correction et aux mesures de contrôle à implanter dans votre entreprise.

De plus, rappelons que l’Assemblée nationale du Québec a adopté le 18 avril 2018 la Loi modifiant le Code de la sécurité routière et d’autres dispositions. Entre autres, depuis 2019, « la loi devance au 1er décembre la date à laquelle une automobile devra être munie de pneus conçus pour la conduite hivernale [et] confère au ministre le pouvoir d’assujettir à cette obligation certaines catégories de véhicules lourds, de véhicules-outils ou de machines agricoles ».

Employeurs, vous devez prendre les moyens pour assurer la santé, la sécurité et l’intégrité physique et psychologique de vos travailleurs, même s’ils sont sur la route.

Éléments essentiels à prendre en considération

Ci-dessous, plusieurs éléments à ne pas négliger en vue de la saison hivernale pour ce qui est de la conduite sur la route :

  • S’informer de l’état des routes avant tout déplacement, par l’entremise de Québec 511 (par téléphone et Internet)
  • Respecter les limites de vitesse en tout temps, ralentir davantage pour se donner la meilleure marge de manœuvre possible (ex. surtout lors de mauvaises conditions météo)
  • Se distancer davantage du véhicule nous précédant, au cas où un dérapage ou une perte de contrôle surviendrait
  • Bien préparer le véhicule avant l’hiver (ex. réaliser une inspection mécanique, se munir d’une pelle, d’un balai à neige, etc.)
  • Installer quatre pneus d’hiver similaires, soit de même marque et de même usure, dans les délais prescrits par la Loi
  • Apporter avec soi de l’eau et un peu de nourriture en surplus dans le véhicule
  • Pratiquer, dans une école de conduite accréditée qui offre cette formation, les techniques de conduite en hiver – comme les dérapages, le freinage, les virages, etc.
  • Prévoir plus de temps pour les déplacements, à plus forte raison lors de mauvais temps
  • Déneiger entièrement le véhicule (igloo mobile, c’est non!) afin de maximiser le champ de vision, la sécurité et celle des autres usagers de la route
  • Éviter le plus possible d’utiliser le régulateur de vitesse (cruise control) en hiver, car il y a des risques de perdre le contrôle en le désactivant
  • S’assurer d’avoir avec soi un téléphone cellulaire fonctionnel ainsi qu’un dispositif mains libres pour s’en servir de façon sécuritaire en conduisant

De plus, une trousse d’urgence est plus que nécessaire afin d’assurer des déplacements routiers sécuritaires. Voici ce qu’elle doit contenir :

  • Câbles de démarrage (à booster)
  • Chandelles et allumettes
  • Contenant de lave-glace de rechange et antigel pour l’essence
  • Couverture et quelques vêtements supplémentaires (tuque, gants, foulard, bottes)
  • Lampe de poche et piles de rechange
  • Pelle, balai à neige et grattoir
  • Plaques d’adhérence (Traction Aids)
  • Sac de sable ou de sel

En guise d’informations commentaires, prenez connaissance de ces deux articles de blogue, disponibles sur notre site Internet : Comment protéger vos employés qui travaillent à l’extérieur (hiver) et Santé et sécurité en hiver : Créer un effet boule de neige pour déjouer la déprime.

De plus, les clients de Novo accèdent directement aux fiches de prévention Conduite préventive et Travail sur la route dans votre Espace client. De leur côté, les abonnés de Novo Studio peuvent également visionner la capsule Travailler sur la route.

#ConduiteHivernale #Hiver #SST #NovoSST #Prevention

Sources :

Le Journal de Montréal, « Les 10 commandements de la conduite hivernale », [En ligne], 28 octobre 2016. (Consulté le 20 août 2018).

Le Journal de Montréal, « La conduite hivernale, ça s’apprend », [En ligne], 12 décembre 2017. (Consulté le 20 août 2018).

Transports Québec, [En ligne], (Consulté le 20 août 2018).

Assemblée nationale, Loi modifiant le Code de la sécurité routière et d’autres dispositions, [En ligne], Projet de loi n165 adopté le 17 avril 2018. (Consulté le 21 août 2018).

Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), Accidents de transport : danger des déplacements dans le cadre du travail, [En ligne], (Consulté le 24 novembre 2021).

CAA-Québec, Cours de conduite hivernale, [En ligne], (Consulté le 22 août 2018).

Poursuivre votre lecture

Tous les articles
Comment protéger vos employés qui travaillent à l’extérieur (hiver)

Selon le type d’activité exercée, l’exposition excessive à une température hivernale peut causer de graves conséquences sur la santé des travailleurs et même entraîner la mort. Les personnes les plus vulnérables sont celles qui travaillent à l’extérieur. Ils font face aux grandes variations de température de l’air, à la vitesse du vent et à l’humidité, soit les trois éléments constituant les principaux facteurs de risque selon le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail (CCHST).

Prévenir les chutes sur la glace!

Les changements de saison rythment les mesures et sujets de prévention en santé et sécurité du travail (SST). Dès que l'hiver s'installe, nos déplacements routiers, cyclistes et piétonniers forcent tous les usagers à être plus vifs. Employeurs et employés doivent être alertes et être sensibilisés aux accidents du travail. En réalité, ils doivent le faire en permanence. Neige mouillante, pluie verglaçante, grésil consistant, refroidissement, etc., autant de mélanges de précipitations qui peuvent nuire aux travailleurs dans leurs déplacements.