Blogue

Comment protéger vos employés qui travaillent à l’extérieur (hiver)

Selon le type d’activité exercée, l’exposition excessive à une température hivernale peut causer de graves conséquences sur la santé des travailleurs et même entraîner la mort. Les personnes les plus vulnérables sont celles qui travaillent à l’extérieur. Ils font face aux grandes variations de température de l’air, à la vitesse du vent et à l’humidité, soit les trois éléments constituant les principaux facteurs de risque selon le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail (CCHST).

Quels sont les effets du froid sur les employés qui travaillent à l’extérieur?

Effets du froid extrême sur la santé des travailleurs :

Les changements cutanés
  • Lorsque la température corporelle chute à cause du froid extérieur, les parties du corps dépourvues de muscles capables de produire la chaleur changent de couleur. Les doigts, les orteils, le nez et les oreilles deviennent rosâtres à rouges. Si le froid persiste, la peau devient pâle, engourdie et froide.
Les gerçures
  • Elles se caractérisent par une fissure peu profonde d’une ou de plusieurs parties du corps exposées au froid. Accompagnées de saignements dans certains cas, les gerçures engendrent de grandes douleurs lorsque les nerfs exposés entrent en contact avec l’air.
Les engelures
  • Les engelures apparaissent à la suite d’une exposition prolongée au froid. La partie du corps affectée s’engourdit et se recouvre d’une rougeur. Ces symptômes peuvent être accompagnés d’une sensation de picotement et de douleur.
L’hypothermie
  • Elle apparaît lorsque la température centrale du corps humain chute en dessous de 35 °C et que le mécanisme humain devient incapable de compenser la perte de chaleur. Si elle n’est pas détectée à temps, l’hypothermie peut provoquer une mort subite.

Effets du froid extrême sur la performance des travailleurs :

D’abord, le froid pose une barrière à l’exécution des tâches mentales complexes et, par le fait même, peut engendrer de graves conséquences à long terme. Quand l’employé n’a pas toutes ses capacités, il est susceptible de faire des erreurs d’inattention. Il peut rapidement devenir dangereux pour sa sécurité et la sécurité de ses collègues de travail.

Ensuite, le froid réduit la sensibilité et la dextérité des doigts, ce qui nuit à l’exécution des tâches manuelles. Cela peut occasionner une perte de productivité de l’employé et des pertes de revenus pour l’employeur. Pour éviter ces conséquences, il est primordial de permettre aux travailleurs de s’arrêter fréquemment pour se réchauffer.

Finalement, la vigilance mentale est réduite. Cela peut rapidement conduire à un accident du travail. L’employé touché se retrouvera ainsi en arrêt et l’employeur se verra dans l’obligation de le remplacer temporairement ou définitivement. Dans ce cas, l’employeur s’engage dans un processus d’embauche qui pourrait engendrer des coûts importants.

Comment protéger les employés qui travaillent au froid?

Le tableau ci-dessous indique le temps limite de l’exposition des travailleurs selon la température extérieure et la vitesse du vent. Il permet non seulement de protéger la santé et d’assurer la sécurité des employés, mais également de maintenir leur bon niveau de productivité.

Comment-proteger-employes-travail-exterieur-hiver-froid-tableau

Source : Adapté d’après le livret « Threshold Limit Values (TLV) and Biological Exposures Indices (BEI) » publié par l’ACGIH, Cincinnati, Ohio, 2016, page 210.

En résumé, si vos employés travaillent à l’extérieur en hiver, voici les mesures que vous devriez prendre en tant qu’employeur :

Organiser des sessions d’information à l’attention des employés pour leur apprendre à reconnaître les symptômes, les risques et les mesures de prévention à prendre contre le froid.

  • Mettre en place un système de jumelage qui permet aux employés de veiller les uns sur les autres
  • Vous assurer que vos employés portent des couches de vêtements chauds, des bottes isolantes et imperméables, un chapeau, des mitaines imperméables et un foulard ou un cache-col, tous adaptés aux températures hivernales
  • Régulariser le temps d’exposition au froid. Étant donné que l’exposition excessive au froid est risquée, il est recommandé de planifier des pauses fréquentes dans des endroits chauds et secs. Cela permettra à l’employé de maintenir une température corporelle confortable
  • Favoriser l’application de crème solaire pour éviter les brûlures de la peau
  • Favoriser la consommation de boissons chaudes et sucrées. Par contre, il est déconseillé de boire du café et des boissons alcoolisées
  • Favoriser la consommation des repas chauds et d’aliments riches en calories telles que de la soupe et des pâtes

Il est très important de considérer la santé et la sécurité de l’employé qui travaille à l’extérieur, en particulier pendant l’hiver. Une petite négligence peut avoir de grandes répercussions pour l’employé comme pour l’employeur. Il est sage d’investir pour vous assurer que votre personnel travaille dans les bonnes conditions de travail.

N’oubliez pas, plus vos employés seront bien encadrés, plus votre productivité sera maintenue et plus l’atteinte de vos objectifs sera facile.

#Protection #Employes #Travailleurs #SST #Froid #Hiver

Poursuivre votre lecture

Tous les articles
Les meilleures pratiques : les visites de votre conseiller en prévention

Comme membre d’une mutuelle de prévention, vous pouvez obtenir d’importantes économies sur votre cotisation annuelle à la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST). L’adhésion à une mutuelle de prévention demande de votre part la prise en charge de votre dossier SST. Votre conseiller en prévention représente un allié de taille pour y parvenir.

1/2 Bâtir une société saine en santé mentale

Premier article d’une série de deux Les bienfaits et retombées de l’activité physique sur la santé mentale ne datent pas d’hier. Ils sont bien documentés par la science et les instances gouvernementales. Par exemple, en septembre 2015, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) publiait un bulletin intitulé «Bouger pour être en bonne santé… mentale».